Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Patrick HERTER

Le blog de Patrick HERTER

Articles sur l'actualité politique, économique, sociale


La société civile devant la salle du jeu de paume...

Publié par Phert sur 6 Octobre 2014, 14:59pm

Catégories : #Politique

Qu'est-ce que la Société civile ? Tout. Que représente-t-elle dans l'ordre politique ? Rien. Que demande-t-elle ? A ce que l'ordre politique l'incarne réellement. Reprendre en l'actualisant la formule du célèbre pamphlet de SIEYES, publié en 1789 à l'aube de la Révolution, n'est pas aussi anachronique qu'il y paraît...

 

Comme à la fin de l'Ancien Régime, notre pays croule sous l'empilage confus des pouvoirs et des lois, des intermédiations et des réglementations, sous l'accumulation des charges, des dépenses et des dettes. Tétanisé dans le statu-quo des priviléges, des rentes de situation et des droits acquis, le conservatisme et le conformisme de ses élites, l'inadapation aux contraintes de la modernité, la France subit de plein fouet l'inefficacité de gouvernances déconsidérées. Comme à la fin de l'Ancien Régime, la séparation achevée du corps politique et du corps social remet en question la légitimité véritable de la représentation nationale. Au sommet de l'Etat, un roi-républicain impuissant dans sa toute-puissance, apparemment insensible à l'impopularité, assiste impassible à la montée de la colère, tenant une ligne gouvernementale intenable en attendant des jours meilleurs qui n'arrivent pas...

 

Notre société du XXIème siècle ne répond plus, ni aux aspirations collectives du "vivre ensemble", ni à la nécessité des plus fragiles, ni à la promesse des talents, ni aux mérites. Elle semble organisée, en revanche, pour maintenir coûte que coûte un système en panne qui nous tue en cherchant à nous faire croire qu'il nous protège du pire... En détresse respiratoire, la France du pays réel sombre sous les ors de la République Monarchique, dans l'illusion d'un Régime éternel, sous les coups conjugués de l'inertie des corps "constitués pour durer", de la suffisance des puissants lovés dans le confort de l'ordre politique, économique ou social, de l'aérophagie d'idéologies se gonflant de la crise, de conservatismes "partisans de leurs intérêts particuliers", de la passivité des indifférences, du renoncement des désespérances, de la défaillance des consciences et des mémoires, de la peur de ne rien faire et de la peur de faire...

 

Pour nous empêcher de tomber, les admirables volontés bénévoles, foisonnantes, ne suffisent plus : associations éparpillées et exsangues, collectifs de circonstances, mouvements de toutes natures, aussi prompts à se lever pour dénoncer qu'ils sont isolés pour travailler une alternative réelle, individus atomisés au coeur des quartiers, des entreprises, de la fonction publique, des institutions, retraités, jeunes, vieux, qui contribuent à l'illusion que tout ne va pas si mal dans notre si beau pays... Puisqu'ils se battent par leur exemplarité individuelle contre l'évidence de notre naufrage collectif !

 

Dans cet environnement naufragé qui ouvre la porte aux aventures tragiques, l'urgence citoyenne est devenue un impératif politique historique, comme l'avait été en son temps la prise de conscience des États Généraux. Le sursaut du pays passe par une prise de conscience citoyenne : une clause de conscience qui s'impose à chacun d'entre nous. Nous sommes devant la salle du Jeu de Paume. Allons-nous y entrer ?

 

Patrick HERTER

6 Octobre 2014

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents