Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Patrick HERTER

Le blog de Patrick HERTER

Articles sur l'actualité politique, économique, sociale


République citoyenne : mode d'emploi

Publié par Phert sur 26 Octobre 2014, 13:29pm

Catégories : #Politique

Pourquoi une dynamique citoyenne politique ? 

 

Parce que le pays doit être transformé en profondeur pour être à la hauteur de ses atouts et des enjeux du XXIème siècle.

 

Parce que son organisation et son fonctionnement protègent des intérêts particuliers plus que l'intérêt général et qu'il nous faut en renverser d'urgence la logique.

 

Parce que les partis politiques et leurs représentants ne sont ni crédibles ni légitimes pour mener une transformation qui les met directement en cause.

 

Parce que les dynamiques citoyennes de terrain ne pourront durablement servir de rustines aux défaillances collectives et qu'elles ont toute la légitimité pour agir politiquement en faveur de l'intérêt général.

 

Parce que les initiatives citoyennes politiques, qui se multiplient, prouvent que des citoyens de plus en plus nombreux ont la volonté de reprendre en mains leur destin collectif.

 

Seule une dynamique citoyenne "politique" peut relever le défi d'adapter le modèle français au XXIème siècle. Cette dynamique est par nature légitime (représentante directe de la société civile, c'est à dire du Peuple souverain) et crédible (inscrite dans le réel et riche de toutes les compétences). Elle est aujourd'hui indispensable et sera, demain, incontournable, à une condition : son rassemblement.

 

Pourquoi cette dynamique citoyenne doit-elle être rassemblée ?

 

Parce que nous ne devons pas nous tromper de bataille : il s'agit de construire le "vivre ensemble" du XXIème siècle, pas de s'opposer à une loi, à une action, ou défendre un intérêt particulier contre un autre, une sensibilité - aussi légitime soit-elle - contre une autre, toute aussi légitime.

 

Parce que la multiplication des initiatives citoyennes à vocation politique, qui contribuent aujourd'hui à prouver la possibilité de cette dynamique, pourrait demain la desservir en dispersant les énergies agissantes, puis en les démobilisant par l'échec.

 

Parce que la concurrence des dynamiques citoyennes politiques - qui se construisent sur de nombreux sujets de cristallisation, des oppositions idéologiques et parfois des préjugés - creuse les divisions au lieu de favoriser le rassemblement indispensable.

 

Parce que sans ce rassemblement, les dynamiques citoyennes contribueront au statu-quo ou serviront de marche-pied à quelques ambitions personnelles sur le terrain politique, tel qu'il est aujourd'hui.

 

Parce que, demain, les citoyens-candidats sous étiquettes se neutraliseront à l'élection s'ils sont plusieurs en face à face, rendant illusoire dans le mode électoral de la Vème République la victoire, pourtant indispensable.

 

Qu'ils soient adhérents à un mouvement citoyen dont ils se sentent proches ou indépendants, les citoyens doivent se rassembler tous dans un mouvement d'intérêt général les représentant, pour être en mesure de prendre en mains leur avenir collectif.

 

Comment la rassembler ?

 

Il est illusoire de penser pouvoir rassembler la grande majorité de citoyens sur un programme partisan capable de faire "consensus". La société française apparaît brisée dans la crise, éclatée, divisée, exaspérée. Le pays est atomisé. Les camps, les chapelles, se détestent et se déchirent, éloignant chaque jour un peu plus la possibilité de se rejoindre sur l'essentiel. Pendant ce temps, le pays réel s'effondre - nous en sommes tous témoins... Mais resterons impuissants tant que nous ne serons pas rassemblés ! Dans ces circonstances exceptionnelles, nous avons le devoir - pour le pays, pour nous-mêmes et nos enfants - de laisser de côté pour un temps nos préjugés, nos focalisations idéologiques, nos sensibilités partisanes, afin de replacer la France (et l'Europe) dans le cadre de l'Histoire telle qu'elle se fait et lui permettre de peser sur son évolution.

 

Pour y parvenir, la dynamique citoyenne doit suivre, selon moi, une stratégie en trois mouvements :

 

1/ Le principe : que tous les citoyens s'engagent, en signant une Charte, à se rassembler en citoyens libres et de bonne volonté, autour des valeurs fondamentales de la République et des Droits de l'Homme, sans préjugés ni idéologies partisanes, sans exclusives ou a priori, jusqu'à ce que de nouvelles institutions aient été créées pour répondre aux enjeux du XXIème siècle. Ces règles sont fondamentales pour éviter les dérives et les querelles de chefs et d'intérêts.

 

2/ La forme : créer, partout où c'est possible, une coordination citoyenne locale travaillant avec les mouvements déjà existants et les citoyens qui n'en font pas parti, directement. Cette coordination, qui devra être représentative de la citoyenneté non partisane, enverra des représentant à l'échelon de coordination au-dessus d'elle. Ces coordinations seront chargées d'organiser l'investiture d'un seul citoyen pour porter la dynamique de rassemblement aux élections de son propre périmètre (maire, canton, région, national) sans possibilité de se voir imposer un candidat par l'échelon au-dessus, avec un mot d'ordre : "un citoyen, un élu, un mandat". Chaque citoyen élu sera engagé à ne faire qu'un seul mandat, où qu'il soit, avec un objectif principal : soutenir la réforme de nos institutions politiques. Pour les élections législatives (la mère des batailles institutionnelles), les citoyens élus se seront engagés à se réunir à l'Assemblée Nationale en qualité de "Constituants" pour imposer au monde politique en place une Constitution Citoyenne, ratifiée par référendum. Cette Constitution citoyenne sera le cadre et le moyen d'agir. Nous pouvons nous entendre sur ses principes, à condition d'exclure de la discussion toute portée idéologique et partisane qui l'instrumentaliserait et l'empêcherait d'aboutir.

 

3/ Le fond : organiser des Etats-Généraux citoyens permettant aux citoyens, dans tous les départements, sans biais partisan, d'indiquer de quoi ils souffrent et ce qu'ils souhaitent et de nous réconcilier les uns avec les autres, de passer de la critique improductive à la participation collective, par l'implication individuelle. Rassembler ces doléances, les propositions, les agréger, les synthétiser pour en sortir la substantifique moelle et permettre, une fois les Institutions établies, de rétablir la confrontation des idées ! Si nous sommes d'accord sur l'objectif et les principes, nous devrions pouvoir dépasser nos éternelles guerres intestines, pour ce temps décisif...

 

A ce stade, ces réflexions n'ont d'autre ambition que de contribuer. Elles ne visent nullement à l'exhaustivité, car le travail collectif (dans le cadre du rassemblement) doit s'établir sans tarder. J'aurai, si on me les demande, des éléments, des réponses à apporter pour dessiner plus précisément le projet et faire comprendre la cohérence de l'ensemble. J'attire les attentions sur l'importance de la cohérence stratégique pour réussir, car la voie est étroite et les pièges nombreux !

 

Aujourd'hui, les bonnes volontés peuvent se manifester directement en envoyant un mail à l'adresse ci-dessous, en diffusant ce texte, en s'en inspirant pour avancer dans la Révolution citoyenne que j'appelle de toute urgence. Je suis à la disposition de tous pour accompagner le projet et l'expliquer plus encore, à tout échelon, dans la limite de mes moyens !

 

Patrick HERTER - 26/10/2014

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents