Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Patrick HERTER

Le blog de Patrick HERTER

Articles sur l'actualité politique, économique, sociale


ACTU CAFE DU 08/01/2010

Publié par Phert sur 15 Janvier 2010, 18:43pm

Catégories : #Actu Café

ACTU CAFE est un décryptage de l'actualité proposé à des Terminales d'une école. Les sujets sont abordés par les élèves, et j'anime une discussion d'une demi-heure. J'en fais le compte-rendu ci-dessous pour approfondir ces sujets et attiser leur curiosité et leur esprit critique...

 

Thèmes abordés

 

  • Le rejet de la taxe carbone par le Conseil constitutionnel

Saisi par le Parti socialiste sur le projet de loi de Finances 2010, le Conseil constitutionnel a censuré le 29 décembre dernier tous les articles concernant la taxe carbone. Le Conseil a considéré que celle-ci établissait trop d’exemptions pour respecter le principe d’égalité devant l’impôt et remplir l’objectif qui lui était fixé : la lutte contre le réchauffement climatique.

La taxe carbone exemptait totalement ou partiellement les pêcheurs, les agriculteurs, les transports routiers, fluviaux et maritimes, les centrales thermiques, les biocarburants mais aussi les entreprises les plus polluantes, qui représentent 93 % des émissions d’origine industrielle. Si ces entreprises sont soumises au marché des quotas européens, ces quotas sont attribués gratuitement jusqu’en 2013…

 

Thèmes annexes :

-         le rôle du Conseil constitutionnel dans la vie politique : la décision du Conseil marque une revanche du juridique sur le politique, au moment même où la réforme judiciaire prépare la disparition du juge indépendant du parquet (parquet = ministère de la Justice). Hasard du calendrier ou rééquilibrage institutionnel ?

-         la séparation des pouvoirs exécutifs, juridiques et législatifs : la réforme constitutionnelle a donné plus de marges de manœuvres au Parlement, la réforme de la justice en cours semble réduire son indépendance et N. Sarkozy est qualifié d’ »hyper président ». L’équilibre de la séparation des pouvoirs est-il amélioré ou rompu ?

 

 

  • La crise gouvernementale en Allemagne suite à la « bavure » de l’armée allemande en Afghanistan

Le 4 septembre, les forces de l'Otan en Afghanistan avaient bombardé, à la demande d’un colonel allemand, deux camions-citernes préalablement volés par les talibans près de Kunduz, dans le nord du pays. L'officier allemand avait expliqué craindre que les insurgés n'utilisent les véhicules en tant que bombes roulantes.

 

Ce bombardement qui a fait selon un rapport de l'Otan 140 victimes dont de nombreux civils a provoqué une crise politique en Allemagne, l’opposition à la présence des 4500 soldats allemands dénonçant une entorse au mandat de l’armée allemande en Afghanistan, qui stipule explicitement qu’aucune action offensive ne pourra être engagée.

 

Thèmes annexes :

-         les limites de l’engagement militaire : quand les démocraties refusent les morts, peuvent-elles envoyer des armées sur les théâtres d’opération ?

-         la guerre pour la paix : le discours d’OBAMA, lors de la remise de son Prix Nobel de la Paix, au lendemain de l’envoi de 30 000 militaires supplémentaires en Afghanistan, illustre l’ambiguïté de sa position.

-         l’armée européenne : en filigrane, l’absence d’armée européenne met en première ligne les pays engagés, avec chacun leurs spécificités culturelles et leur Histoire. Peut-on parler d’Europe sur la scène extérieure, au moment où le traité de Lisbonne crée un poste de haut représentant pour les affaires étrangères et la politique de sécurité (la britannique Catherine ASHTON) ?

 

 

  • La Conférence de Copenhague

Les chefs d’Etat de 28 pays sur 193 présents à Copenhague sont parvenus à adopter un texte dans la nuit du 18 au 19 décembre dernier.

Le texte prévoit :

 Le principe de contenir l’augmentation des températures à 2°C ;
 des engagements de réduction des émissions sans caractère contraignant, qui seront précisés par chaque pays ultérieurement. L’objectif de réduction de 50% des émissions disparaît, alors qu’il apparaît comme la condition sine qua none de la limite des 2°C...
 le contrôle des engagements sous condition du « respect de la souveraineté nationale », avec des bilans des efforts réalisés par les pays tous les deux ans et envoyés aux Nations Unies ;
 le principe de mesures « incitatives » pour protéger les forêts ;
 un soutien financier des pays développés en faveur des pays en développement, avec des engagements sur la période 2010-2012 de 3,6 milliards de dollars pour les Etats-Unis, de 10,6 milliards de dollars pour l’Union européenne, de 11 milliards de dollars pour le Japon ;
 un objectif de mobiliser 100 milliards de dollars par an d’ici 2020 pour répondre aux besoins des pays en développement, mais sans préciser les mécanismes de financement...

Les délégués des 193 pays réunis le 19 décembre au matin ont pris « note » de ce texte, mais aucun consensus n’a pu être trouvé pour l’entériner, plusieurs pays dont la Bolivie, le Venezuela, Cuba, le Soudan s’y opposant...

 

Thèmes annexes :

-         la conférence de Copenhague prouve que l’on peut réunir la planète et ses représentants sur des questions essentielles, mais qu’il apparaît difficile d’identifier un intérêt général capable de mettre de côté les intérêts nationaux. Message d’espoir ou gâchis irréparable ?

-         l’Europe sans voix : le texte final a été négocié par les Etats-Unis, la Chine, l’Inde et le Brésil. L’Europe est-elle organisée pour peser réellement dans le Monde ?

 

 

  • La tentative d’attentat aérien

Un jeune Nigérian a tenté le 25 décembre dernier d'enflammer un engin chimique explosif à bord d'un avion de ligne américain transportant 278 passagers et reliant Amsterdam à Détroit, mais il a été maîtrisé en vol, et l'appareil s'est posé sans encombre.

 

Cette tentative d’attentat pose la question de l’efficacité des mesures de sécurité et de contrôle, à l’embarquement des passagers dans les aéroports. Suite à cette tentative, des projets d’installation de scanners corporels dans les portiques d’embarquement des aéroports ont été programmés.

 

Thèmes annexes :

-         Le terrorisme aujourd’hui : loin d’une organisation structurée et puissante, Al Quaida apparaît comme un label à disposition de groupes éclatés, s’en réclamant. D’où les difficultés de neutralisation. Peut-on imaginer éradiquer le terrorisme en multipliant les contrôles ?

-         La lutte contre le terrorisme pose aussi la question des libertés : est-on prêt à voir ses libertés menacées pour cause de lutte anti terrorisme ?

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents