Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Patrick HERTER

Le blog de Patrick HERTER

Articles sur l'actualité politique, économique, sociale


Subprimes, Société Générale : la bombe politique…

Publié par Phert sur 31 Janvier 2008, 16:36pm

Catégories : #Economie

Bien au-delà de la sphère financière et du microcosme bancaire, l’éclatement du double scandale « subprimes » / « Société Générale » a tout d’une bombe politique. Pourquoi ? Parce que les faits démontrent que derrière la façade de rigueur des agences, les banques se livrent à des opérations en totale contradiction avec ce qu’elles annoncent et imposent à leurs clients. Dans un climat social agité par l’angoisse sur le pouvoir d’achat, cette révélation ne pouvait pas tomber plus mal….

 

Chacun d’entre nous, salarié en quête de crédit pour acheter un bien immobilier, entrepreneur en recherche de soutien financier pour développer son entreprise, particulier en difficulté passagère, retraité en attente de sa pension… Chacun a été confronté un jour ou l’autre à la réticence des banques à prêter, à leur obsession du risque zéro, à l’engrenage des frais et les pressions au premier euro de découvert, à l’obtention d’un crédit couvert par la caution, l’hypothèque ou le placement de l’épargne s’il y en a, et souvent par les trois à la fois !

 

Bien sûr, tous les clients ne sont pas irréprochables, mais combien de désastres familiaux, combien d’échec d’entreprises ont eu pour origine la « peur du risque » et le refus d’une agence bancaire dite « de proximité » ? Combien de clients se sont trouvés contraints de placer leur épargne sur des produits de piètres qualités, défaillants par manque de suivi, pour obtenir un crédit qu’ils paieront capital et intérêts, sans recours possible lorsque leur placement se sera dévalorisé, avec l’obligation impensable de devoir rajouter une l’épargne supplémentaire pour rétablir la garantie !? A quel prix immense notre économie paie-t-elle ce système absurde, qui joue la sécurité totale des banques contre la croissance et ne permet pas aux forces vives d’optimiser leur développement ? Des milliards de bénéfices pour les banques ces dernières années, diront les plus rancuniers, mais surtout une terrible précarité pour tant d’autres. On ne peut ainsi s’étonner du manque de grandes PME dans notre pays…

 

Aussi rageant qu’il soit, le système du « toujours non sauf si… », du « donnez moi votre argent et je vous le prêterez » - post-naufrage du crédit lyonnais du « toujours oui » - était justifié… par la « maîtrise du risque » ! Il supposait que les banques se placent elles-mêmes dans cette logique économique de « précaution », ce qui nous permettait de penser que les milliards dégagés étaient le fruit de leur prudence et de leur rigueur. Or, la double crise des subprimes et de la Société Générale nous prouve le contraire. Et c’est très grave !

 

Sur les « subprimes », les banques ont si peu cru en leur propre maîtrise du risque que le système s’est retourné contre lui-même : le marché interbancaire est devenu sinistré, les banques refusant de se prêter de l’argent les unes aux autres. Trop risqué ! Trop bien placées pour évaluer leurs cousines, elles les ont rejetées avec suspicion… Comme des « petits clients » ! L’annonce des pertes de la Société Générale nous apporte dans la foulée la confirmation que les banques ont effectivement réservé la rigueur de la maîtrise des risques à leurs (petits) clients sinon à elles-mêmes : la légèreté des contrôles est manifeste dans cette affaire, et chaque client punis d’agios pour avoir enfreint la règle du zéro défaut appréciera. On croyait les banques froides. On les découvre incompétentes….

 

Mais dans cette dernière affaire, il y a plus grave encore que cette confirmation : il y a ce sentiment d’écoeurement. Il y a ce mépris, ce cynisme. Terrible. Cette impression qu’une histoire indécente nous est livrée pour cacher « autre chose », pour se dédouaner piteusement, pour ne surtout pas être responsabilisé. Le scénario des derniers jours nous renvoie à une mauvaise copie de « JFK », avec Oswald, trouvé en quelques minutes, et immédiatement identifié comme le seul assassin du président. Et la biographie déjà prête à l’emploi. Incroyable ! Alors qu’il était tellement difficile de savoir cet été quel était l’engagement réel des banques françaises sur le crédit à risque américain, alors que le jeu s’est déglingué et que des milliards sont partis en fumée, les dirigeants jettent un de leurs employés en pâture à la presse et à l’opinion avant même que justice soit faite ! En 24 heures, on sait tout de l’énergumène : son nom, son visage, son parcours, son salaire, son histoire – même sentimentale, et bien sûr ses innombrables défauts : il était instable ? Mais alors comment a-t-on pu lui confier une place au contrôle des risques de la banque, puis à la salle des marchés ? L’un de ses supérieurs parle même de « connaissance perverse des fonctions de contrôle » ! Joli sujet d’analyse... Mais la présomption d’innocence ? Si elle n’est pas du côté de l’employé, on la trouve tout de suite du côté de la banque : la tutelle de la Société Générale, la Banque de France s’empresse de rassurer les clients d’une banque « encore plus solide que la semaine dernière ». On croit rêver ! La Banque de France aussi ? Et le gouvernement, qui jure qu’il soutiendra la banque face à tout risque de rachat par un concurrent… Comment justifiera-t-il la défense d’une direction, d’une organisation défaillante, alors que les plus petits ne bénéficient pas d’une mansuétude comparable ? Attention aux dégâts politiques…

 

Décidément, le contrôle du risque et les sanctions ne sont pas les mêmes, que l’on soit puissant ou malheureux… Mais faut-il aussi pour autant nous prendre pour des imbéciles ? Quand la honte viendra aux banquiers… les poules auront des dents ! A propos : la Société Générale a perdu 2 milliards d’euros sur les subprimes. Et là, son trader n’y est pour rien…

 

Patrick HERTER – 28/01/2008

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents