Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Patrick HERTER

Le blog de Patrick HERTER

Articles sur l'actualité politique, économique, sociale


L'insupportable effacement de l'être...

Publié par Phert sur 22 Octobre 2017, 15:57pm

Catégories : #Sujets de société

Les mots se sont échappés du coffre sans serrure où le silence se nourrit des silences, où les victimes se chargent de leurs propres bourreaux en attendant, aphones dans la nuit, un jour qui jamais n'arrivera...

 

Jusqu'à présent, lorsque de rares mots s'échappaient, des bulles sordides et nauséabondes remontaient à la surface pour éclater et disparaître dans l'atmosphère. Restaient dans les discussions familiales et les gazettes intentionnées, dans les dîners en ville, sur les comptoirs de zinc, dans les rues, à deux pas du caniveau, des effluves sordides et écœurants qui dérangeaient les bonnes consciences et amusaient les autres. On associait en responsabilité la fumée et le feu. On ignorait les maux en minorant les mots. On nourrissait un temps la conversation en se pinçant le nez ou en souriant d'un clignement d'œil grivois. Puis on détournait la tête. La victime était rapidement, au mieux oubliée, au pire accusée à son tour, incendiaire du brasier ou complice de l'indignation publique. Le silence valait mieux...

 

Pas cette fois.

 

La parole s'est libérée, et c'est un déferlement. Le coffre est renversé. Les mots s'échappent en flux tendus comme des flèches. Les accusations submergent les réseaux, emplissent de honte les éhontés, stupéfient les puissants, ébranlent les certitudes, salissent les intouchables et saccagent les plus hautes réputations sans gêne ni précaution ni limite. La chasse aux chasseurs est ouverte - avez-vous un fusil ?, et rien ne semble pouvoir l'arrêter. C'est un immense défouloir.

 

Que nous arrive-t-il ?

 

Quand les silences trop longtemps contenus débordent, ils font un vacarme assourdissant qui balaye tout et tous. On aurait tort de le prendre à la légère, de le regarder en spectateur circonspect ou incrédule, comme on aurait tort de jeter en pâture tous les noms qui circulent, car ce boucan dépasse les faits divers, les impliqués, les circonstances. Il nous interroge sur nous mêmes, sur notre société, sur notre relation à l'autre. Pour simple lieu des crimes, pas de lieu de débauche confiné dans le secret des alcôves mais le décor banal de nos propres existences.

 

L'effacement de l'être nous serait-il devenu insupportable ? Si tel est le cas, il serait temps d'en tirer toutes les conséquences...

 

Patrick HERTER

22/10/2017

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents