Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Patrick HERTER

Le blog de Patrick HERTER

Articles sur l'actualité politique, économique, sociale


Politique : la partition est-elle devenue indéchiffrable ?

Publié par Phert sur 8 Août 2017, 08:45am

Catégories : #Politique

 

Orchestration symphonique, petite musique de chambre, en solo ou en groupe... Rien n'y fait : la politique n'y arrive plus. Après quelques notes encourageantes - parfois même enthousiasmantes, comme celles de ces airs d'été sous les lampions qui font spontanément se lever la foule sur la place animée - cela retombe comme un soufflet mal préparé...

 

Ceux qui s'étaient levés aux premiers sons se rassoient à peine le morceau entamé, comme s'ils avaient d'abord cru, à tort, reconnaître dans la musique ces notes qui autrefois les avaient fait chanter, les avaient emballés en les faisant tourner sur eux-mêmes comme une barbe-à-papa, en couple mains dans les mains, yeux dans les yeux jusqu'aux baisers, en grappes humaines surexcitées, en chenilles de frimousses joyeuses se pavanant sourires aux lèvres pour former un chemin invisible et pourtant impossible à quitter, que bientôt tous avaient suivi : les vieux les jeunes, les timides, les audacieux, les agiles, les coincés, les égarés...

 

Ceux qui étaient déjà debout, à attendre le début de la musique, se figent comme s'ils s'étaient rendus compte de leur méprise en ayant cru, à tort, percevoir dans les premières notes cette évidence d'un air nouveau qui deviendrait viral puis mémorable. Cet air qu'on garderait sa vie durant, prêt à se lever encore, à la moindre reprise... Cet air changeant l'air du temps pour toujours, capable de traverser les coups durs et les songes noirs. Cet air inventant le temps à venir. Ce vent de terre qui porte à la conquête...

 

Tout s'est arrêté d'un coup. Promesse de fête qui s'arrête avant que d'être. Promesse d'être qui s'arrête avant de faire. La foule, surprise et tétanisée, se disloque à présent aussi vite qu'elle s'est formée, sans même avoir à quitter le lieu, en ilots de personnes indifférents aux autres, immédiatement étrangers les uns aux autres, suspects chacun de s'être ainsi fourvoyés, rassemblés, égarés, en s'étant si vite partagés. La musique est à présent hésitante, inaudible ou cacophonique. La partition est devenue indéchiffrable. L'orchestre est ridicule. Les gens se regardent avec indifférence - au mieux, ou avec cette pointe de détestation - au pire, trace du souvenir honteux du moment fourbe et trompeur qui les replace bien des années plus tôt debout face au tableau, figé devant l'estrade face aux camarades moqueurs, sans pouvoir rien répondre... Dans la détestation du professeur, qui a tout provoqué.

 

Demain, on ne se dira pas bonjour en allant chercher le pain...

 

Patrick HERTER

8 Août 2017

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents