Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Patrick HERTER

Le blog de Patrick HERTER

Articles sur l'actualité politique, économique, sociale


Il y a plus grave...

Publié par Phert sur 3 Août 2017, 09:49am

Catégories : #Politique

 

Il y a plus grave que le réchauffement climatique. Plus grave que la guerre en Syrie jusqu'au bas de l'immeuble. Plus grave que les massacres en Afrique et ailleurs. Plus grave que le continent de plastique, au large du Pacifique. Il y a plus grave que la folie du monde, qui monte plus vite que la conscience. Plus grave que l'enfance écrasée sous les bombes-laser, qui tombent, tombent, et nous lassent des tombes et de l'enfance. Plus grave que ces millions de mal logés et ces milliers de pas logés du tout - qui tentent de dénouer leur vie sans toit ni nous. Plus grave que ces villages qu'on fait mourir à petits feux de dénis d'existence et des dotations qu'on rabote avec rigueur - ras le bol des bottes à talons de chèques qui piétinent la vie des humbles... Plus grave que ces millions de déplacés, qui s'approchent de nos côtes, d'abord à la guerre, ensuite à la misère, enfin à la mer, à la rame, à la nage et à (nus-) pieds... Il y a plus grave. Beaucoup plus grave !

 

Les puissances, nos puissances, doivent être protégées et aidées, car elles sont menacées. Ne rions pas, insouciants quidams que nous sommes, sans responsabilité ni pouvoir, qui vivons en légèreté d'une petite vie sans grande histoire avec un H. Si nous ne nous reprenons pas, nous les perdrons et nous perdons nous-mêmes. Car sans elles, nous ne sommes rien. Sans elles, que pourrions-nous être, avoir et devenir dans l'a-venir qui ne vient jamais comme on nous le dit ? Sans "diplômés", les "déscolarisés" ne pourront jamais trouver le chemin de cette activité qui n'existe pas pour eux, sans diplôme. Sans "riches", les "pauvres" qui le demeurent avec eux le resteront. Sans les "métropoles", les "petites communes" sous asphyxie ne retrouveront pas l'oxygène qu'elles leur prennent. Sans "grandes entreprises", les "petites entreprises" gérées façon bonzaïs par contraintes fiscale, sociale, financière et commerciale dont les premières se satisfont ne pourront pas continuer à survivre comme elles y parviennent avec tant d'opiniâtreté. Sans "pouvoir politique central", les "pouvoirs de proximité" ne parviendront pas à ébaucher maladroitement cette démocratie moderne, collaborative, associative qui ne demande qu'à pousser et qui se réunit aujourd'hui dans les caves au couvre-feu des intérêts particuliers...

 

Voilà pourquoi nous tous avons aujourd'hui le devoir de multiplier les sacrifices pour sauver nos puissances, avant qu'elles nous abandonnent - bien malgré elles tant il leur tient à coeur : à notre sort tragique. Du plus bas au plus haut de la pyramide du louvoyant, nous avons chacun une puissance à aider. Alors agissons ! Nous pouvons aisément la reconnaître, notre puissance tutélaire. Elle nous parle de la nécessité avec la gravité du parent qui sort son enfant de l'immaturité. Elle nous noie sous les grands principes où elle se perd comme si notre maladie conditionnait la bonne santé de l'intérêt général. Grand seigneur, elle ne nous encourage même pas à mourir pour elle : tout juste à se maintenir en état - ou en Etat - avec l'esprit de responsabilité qui lui a tant manqué ces dernières décennies.

 

Il y a plus grave. Malgré ces sacrifices, rien ne garantit que notre vie ne changera pas...

 

Patrick HERTER

3 Août 2017

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents