Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Patrick HERTER

Le blog de Patrick HERTER

Articles sur l'actualité politique, économique, sociale


Le renouvellement politique est-il un leurre ou un échec ?

Publié par Phert sur 28 Juillet 2017, 11:30am

Catégories : #Politique

L'arrivée massive de nouveaux députés, tout particulièrement LREM, a fait passer un vent de fraîcheur à l'Assemblée en la renouvelant spectaculairement. Un examen approfondi permet toutefois de relativiser la portée de ce renouvellement. Doublement...

 

Un leurre ? Un renversement générationnel de politiques de carrière, plus qu'un renouvellement systématique...

 

Nous avons assisté à l'occasion des dernières élections législatives, non pas à un renouvellement complet de la représentation mais plutôt au renversement générationnel des élus sortants par de plus jeunes, assistants parlementaires, conseillers des ministres, apparatchiks de partis, qui s'impatientaient derrière leurs aînés accrochés élections après élections à leurs sièges. Bénéficiant de l'écroulement des partis en place, de l’irrésistible victoire d’Emmanuel MACRON à l’élection présidentielle et du repli électoral qui l'a rendu possible (http://patrick.herter.over-blog.fr/2017/06/elections-2017-quand-la-mer-se-retire.html), ces aspirants ont sorti brutalement leurs aînés de l'hémicycle. Ils sont aujourd'hui en place pour durer, ce que le projet de réforme rend possible.  Les nouveaux élus constitueront pour la plupart une nouvelle génération de politiques de carrière, sachant que l'interdiction à plus de trois mandats consécutifs d'un même mandat n'empêchera pas de les accumuler, une vie durant, en passant de l’un à l’autre, comme cela s’est toujours fait (http://patrick.herter.over-blog.fr/2017/05/cumul-des-mandats-des-deputes-l-etat-des-lieux-a-trois-semaines-du-scrutin.html).

 

--> Pour sortir du leurre et renouveler la représentation politique réellement, il n'y a pas de secret : il faut organiser un renouvellement systématique de la représentation. Faire du mandat politique l'exercice d'un devoir civique ouvert au plus grand nombre en limitant le nombre de mandats d'un même mandat pour toute la vie. Pourquoi pas deux mandats - hors les maires des plus petites communes ? Avec deux mandats au maximum, nous pourrions imaginer un 1er mandat sous accompagnement d'un ancien élu, et un possible second mandat en accompagnant d'un possible futur élu, en transmission. Notre système, représentatif en continu, légitime et crédible en permanence, serait cette fois réellement transformé...

 

Un échec ? L'arrivée massive de citoyens sans expérience ni formation. Cela se voit, et c'est grave !

 

Ils ne sont pas les plus nombreux mais ils le sont suffisamment pour s'être faits remarquer. Pas pour leur bien, ni pour celui de la société civile en politique... La réussite éclair d'Emmanuel MACRON et de son mouvement et sa (bonne) volonté d'introduire une dose de société civile dans son groupe a obligé son équipe à sélectionner dans la précipitation des échéances législatives des candidats sans expérience, dont certains défrayent aujourd'hui, une fois élus, la chronique des réseaux sociaux. On ne doute pas qu'ils en acquerront rapidement, de l'expérience, d'autant plus s'ils restent trois mandats successifs à l'Assemblée pour commencer, et toute une vie en politique pour prolonger s'ils le souhaitent (voir plus haut). Pour autant, le risque que cette expérience déconsidère la société civile en politique est considérable. Ce serait d'autant plus dommage que l'action politique ne sera pas renouvelée réellement sans elle (http://patrick.herter.over-blog.fr/article-sans-rassemblement-pas-de-republique-citoyenne-125023587.html), et qu'elle n'est pas responsable d'une sélection qui s'est faite sans elle, en commission d'experts...

 

--> Pour éviter la répétition de l'échec, il faut organiser en continu la formation politique des citoyens. On ne peut pas souhaiter le renouvellement des représentants de la Nation et l’émergence d’une société politique en phase avec la société réelle sans se donner la capacité de former les hommes et les femmes de la société civile à la chose politique en général, à l'élection et à l'exercice des mandats en particulier. Un maillage de formations adaptées aux objectifs et aux échéances doit être organisé et développé sur tout le territoire. Pourquoi ne pas former dans des maisons de citoyens ceux d’entre nous qui pourraient, demain, être à leur tour candidats et élus ? Les rendre efficaces dès leurs premiers jours de candidats ou d’élus, où qu’ils se trouvent. Mieux comprise et mieux appréhendée, l'action politique et sa représentation seront naturellement et efficacement incarnées par tous ceux qui le souhaiteront. Une fois candidats, ils seront prêts à faire campagne. Une fois élus, ils seront prêts à exercer leur mandat électif. Et notre société ne s’en portera que mieux…

 

En associant à une loi limitant le nombre de mandats à deux la formation politique des futurs candidats et des futurs élus, la France renouvellerait réellement sa pratique politique. Ne doutons pas qu'alors, l'avenir s'ouvrirait vraiment...

 

Patrick HERTER

28 Juillet 2017

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents