Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Patrick HERTER

Le blog de Patrick HERTER

Articles sur l'actualité politique, économique, sociale


Lettre ouverte à ceux qui sont debout, la nuit, le jour...

Publié par Phert sur 10 Avril 2016, 11:46am

"C'est en allant vers la mer que le fleuve reste fidèle à sa source" (Jean JAURES)

 

Depuis des décennies, par intérêt particulier, conservatisme et conformisme, le corps politique s'est détourné du corps social, de ses aspirations, de l'intérêt général... Aujourd'hui que la séparation est devenue évidente, seules les institutions, entre les mains de ce corps politique et dénaturés par lui à son seul avantage, empêchent que le divorce soit prononcé. Flotte dans notre République partisane finissante comme un parfum de fin de règne : celui d'une société politique d'Ancien régime qui conserve piteusement l'artifice des pouvoirs sans plus en avoir ni la crédibilité, ni même la légitimité...

 

Enfermés dans leur aquarium, les partis politiques se sont longtemps contentés de s'occuper d'eux-mêmes : le peuple était à marée basse, à l'étale. Suffisaient aux élus, une fois de temps en temps, de coller une oreille aux coquillages morts pour penser entendre et comprendre l'océan...

 

Mais tout est en train de changer. Car la mer monte, et elle est citoyenne ! Déjà, de premières vagues ont commencé à glisser sur la grève. D'abord incrédules et sceptiques, méprisants et condescendants, aujourd'hui désorientés et démunis, les partis politiques construisent des châteaux de sable sur la plage pour tenter d'arrêter l'océan. Si tous savent que le sable ne l'arrêtera pas, aucun ne s'y résigne encore...

 

Vous qui êtes debout, la nuit, le jour, vous êtes cette mer, qui monte ! Encore désordonnée, la marée lèche le sable sec et fait rouler les coques vides dans un crissement léger, mais elle est déjà irrésistible. Si vous savez vous rassembler, par-delà vos différences, vos divergences, cette marée montante refondera le lien rompu entre le corps social et le corps politique, par une autre représentation, dans de nouvelles institutions. Nul ressac ne la brisera. Aucune vieille lune ne l'empêchera... Si vous êtes rassemblés ! Associations de terrain, collectifs étudiants, salariés, petits agriculteurs, entrepreneurs et commerçants, citoyens esseulés, mouvements politiques de la société civile... Rassemblez-vous pour partager et construire !

 

Le 20 juin 1789, 578 représentants avaient trouvé closes les portes de la salle des Menus Plaisirs où ils se réunissaient en états généraux, sans parvenir à imposer le vote par tête, et non par ordres... Ces représentants des campagnes et des villes, du Tiers-Etat, du clergé et de la noblesse, dépassant leurs clivages, leurs conflits d'intérêts particuliers, se sont alors déplacés et ont trouvé une salle de jeu de paume, inoccupée. La société que ces représentants incarnaient était le pays réel, mais elle n'était rien en politique. Elle aspirait à y être quelque chose pour maîtriser son destin et construire une société fondée dans le respect de principes d'intérêt général. Ces gens ont eu une audace invraisemblable : ils se sont constitués en assemblée nationale, et ont juré de ne pas se séparer avec d'avoir donné une Constitution à la France. Nous sommes nés de cela.

 

Aujourd'hui que notre société est redevenue une société d'Ancien régime, une société de petits et de grands privilèges, une société inadaptée à son temps, notre devoir, nous qui sommes debout, de jour, de nuit, c'est de nous retrouver.

 

Patrick Herter - 10/04/2016

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents