Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Patrick HERTER

Le blog de Patrick HERTER

Articles sur l'actualité politique, économique, sociale


La sidération...

Publié par Phert sur 28 Novembre 2015, 08:39am

Quinze jours après les massacres du 13/11, la France n'est toujours pas sortie de la sidération. Parmi les 130 morts et les centaines de victimes, nous en connaissons tous, directement ou indirectement, au moins un, tant la chaîne humaine est immense à nous rappeler sans cesse le lien d'évidence qui nous rattache les uns aux autres... Si nous pensons ne pas en connaître, les témoignages et les portraits diffusés sur les réseaux, par la presse, à la radio ou sur les chaînes de télévision, nous chargent de nous rappeler que nous les connaissions bien. Ce sont nos enfants ou nos parents, nos cousins ou nos proches, nos amis ou nos voisins, dans tout ce qu'ils ont à la fois de plus banal - qui devient si peu banal après la mitraille, et de meilleur - qui devient si exemplaire après le carnage : la fête, le partage, la rencontre, la joie, la musique, le repas ou le verre, assis à la terrasse, la curiosité et l'enthousiasme, aux abords d'un stade, en passant, en regardant... Un vendredi soir comme un autre entre nous, un moment chaleureux dans un monde compliqué, un moment de bonheur simple dans l'enfilade de la réussite ou de l'échec, des bonnes et des mauvaises nouvelles, d'une vie qui déroule, sensée ou insensée, encourageante ou inquiétante, sur autoroute ou en impasse... Et qui s'arrête d'un coup. Ou change la vie qui reste ou l'idée qu'on s'en fait, au plus près ou au plus loin des lieux d'impact.

 

Ce qui nous sidère, ce que les victimes sont là, si près de nous que nous nous y confondons, dans la consternation. Comme cet enfant semblant dormir sur la grève ressemblait tant à notre enfant, endormi à la crèche ou au pied de son lit à barreaux au milieu des doudous, ces victimes nous renvoient à nous-mêmes, dans l’horreur : nous sommes tous tombés au Carillon, au Petit Cambodge, au Café Bonne Bière, près du Casa Nostra, à La Belle Equipe, au Comptoir Voltaire, au Bataclan, aux abords du Stade de France, à Paris ou Saint-Denis. Nous sommes tous tombés. Stupéfaits et bouleversés. Mais nous, nous qui avons eu la chance de ne pas y être, nous qui avons la chance de pouvoir nous relever, nous avons le devoir de nous relever. Alors, relevons-nous. Sortons de la sidération et, pour ceux qui sont restés, pour ceux qui nous attendent, pour grandir : avançons...

 

Patrick Herter - 27/11/2015

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents